Aleria (Haute-Corse)

 

Sur la côte orientale de la Corse à l’embouchure du fleuve Tavignano et dans un environnement lagunaire, Aleria est connue comme étant l’une des villes phocéennes d’Occident, l’Alalia mentionnée par Hérodote (I, 165-166) dont la fondation est située vers -565, soit quelques décennies après celle de Massalia (Marseille). C’est cette même Alalia qui, vers -545, accueille tout ou partie des réfugiés fuyant la cité-mère, Phocée, face à la pression de l’empire perse. Le même Hérodote nous dit par ailleurs que durant cinq années, nouveaux venus et Grecs déjà établis sur place cohabitent, mais que la piraterie exercée par les Phocéens en Mer Tyrrhénienne eut tôt fait de susciter une réaction de la part de leurs voisins. Une grande bataille navale opposa alors les Grecs à une coalition étrusco-punique, bataille à l’issue de laquelle les Phocéens furent contraints de quitter la Corse. Une partie d’entre eux gagna peut-être Marseille, les autres se dirigèrent vers l’Italie méridionale, plus précisément en Campanie où ils fondèrent Hyélé (Velia).