L'université Paul Valéry de Montpellier propose 2 parcours en Archéologie, retrouvez toutes les informations nécessaires sur le site de l'université.

 

Master Mondes Anciens :

Histoire de la Méditerranée antique :
Cette formation est issue d’un parcours de la précédente mention Histoire-Histoire de l’art. Elle aborde essentiellement la Grèce ancienne, de l’époque mycénienne jusqu’à l’époque impériale, et le monde romain, de sa naissance à l’Antiquité tardive, avec un accent particulier mis sur la Gaule méridionale depuis la conquête romaine.


Archéologie de la Méditerranée antique :
Cette formation est consacrée à l’archéologie de la Méditerranée antique, de la fin de l’âge du Fer au haut Moyen-Âge. Les cours s’articulent autour des axes de recherche du laboratoire CNRS auquel s’adosse le master Archéologie : les mondes classiques, grec et romain, et leurs interactions avec les civilisations de la Méditerranée ; la ville et son territoire ; productions, échanges et circuits commerciaux ; la Gaule antique ; archéologie spatiale et environnementale.

 

Égyptologie :
Cette formation d’égyptologie est constituée de deux volets : travail sur la documentation et travail sur le terrain. Le travail sur la documentation exige le plus souvent une connaissance de tous les états de langue et d’écriture de l’Égypte ancienne. L’étude de la documentation historique, religieuse et littéraire, dans le cadre des différents séminaires de master, permet d’approfondir ce travail sur la langue, la maîtrise de celle-ci étant la condition absolument nécessaire pour celui qui entame une carrière d’égyptologue. Cette maîtrise de l’épigraphie égyptienne se combine avec la formation aux techniques de l’archéologie de terrain.


Master Archéologie, Sciences pour l'archéologie :

Préhistoire, Protohistoire :
La formation prend appui sur l’équipe « Sociétés de la Préhistoire et de la Protohistoire » (SPP) dont le champ chronologique couvre les six derniers millénaires avant notre ère de la Préhistoire récente à la fin de la Protohistoire et repose sur une forte tradition régionale qui ancre depuis longtemps la recherche sur le Néolithique et sur les âges du Bronze et du Fer en France méridionale et Méditerranée occidentale.


Géoarchéologie, bioarchéologie :
L’objectif principal de ce parcours est d’identifier et mesurer les relations entre les sociétés et les milieux géographiques à l’aide des données issues de la géoarchéologie et la bioarchéologie. 
Deux champs de recherche principaux sont développés en particulier depuis le Néolithique. D’une part les rapports des sociétés aux facteurs et phénomènes naturels : changements climatiques, dynamiques morphosédimentaires littorales, lagunaires ou fluviales, dynamiques du couvert végétal ou environnement animal. D’autre part la caractérisation des systèmes d’exploitation et de production des ressources carnées, halieutiques et végétales, leur impact sur l’environnement, ainsi que la reconnaissance de pratiques humaines socioéconomiques et symboliques à travers l’évolution des techniques.

 

Ingénierie en archéologie préventive :
Le parcours professionnel ingénierie en archéologie préventive prépare en deux ans aux métiers et spécialités de l’archéologie préventive. Un double enseignement, scientifique et technique et des stages de longue durée en archéologie préventive offrent une formation complète et de haut niveau. Dès la première année, les étudiants peuvent se spécialiser dans un des nombreux domaines de cette discipline (céramologie, industries, période chronologique,…). L’enseignement est dispensé par des professionnels de l’archéologie préventive, des enseignants-chercheurs, des chercheurs du CNRS, du Ministère de la Culture, et des collectivités territoriales.

Actualités en image